Démonstration au Larvotto

  • Préparation des tatamis
  • Accueil
  • Installation des tribunes
  • Préparation des tatamis
  • On vérifie
  • Même les plus jeunes sont là !
  • Pom pom girls
  • Répétitions
  • Salut
  • VIP !!
  • Salut
  • Démonstration
  • Démonstration
  • Démonstration
  • Démonstration
  • Démonstration
  • Démonstration
  • En action
  • Démonstration
  • OLYMPUS DIGITAL CAMERA
  • Final
  • Final

Championnat d’Europe JKA Irlande 2016


Galerie photos

 


Vidéos de Katas JKA


Présentation du Kihon

Les kihon sont les bases des budo. Les kihon sont différenciés en plusieurs rubriques: techniques de base, postures de base, déplacements de base.

Si l’on compare un budo à un langage, alors les kihon sont le vocabulaire de base, les kata sont des phrases toutes faites et les « applications » (bunkai et entraînements à deux type kumite) sont des mises en pratiques dans le langage courant.

Au karaté

Au karaté, les kihon sont des techniques de défense, d’attaque et de déplacements que l’on répète seul. Le senseï montre un mouvement précis et le fait répéter d’un bout à l’autre du tatami. Ces techniques sont des attaques aussi bien que des blocages avec contre-attaques. Ils sont composés d’une seule technique ou d’un enchaînement. C’est l’occasion pour les débutants d’apprendre les techniques de base, et pour les initiés d’améliorer leur aptitude à exécuter correctement et avec force la technique, et de maîtriser les mouvements et les sensations. Cette étape de l’entraînement prépare en fait la suivante, le kumite.

Source Wikipedia

 


Présentation du Kumité ou combat

Le kumite — 組手 — est le combat conventionnel du karaté. Le kanji 組 (kumi) signifie « groupe » et le kanji 手 (te) désigne la main, ce qui implique le fait de travailler à deux et non pas de manière isolée.

Si l’on compare cette pratique à un langage, alors les kihon sont le vocabulaire de base, les kata sont des phrases toutes faites et les « applications » (bunkai et entraînements à deux type kumite) sont des mises en pratiques dans le langage courant.

Le kumite se pratique à deux partenaires. Les attaques et les blocages peuvent êtres définis ou libres. Le combat libre est appelé ju kumite.

Source Wikipedia


Présentation du Kata

Kata est un terme japonais désignant une forme dans les arts martiaux japonais.

Le mot kata a trois sens principaux en japonais. À chaque sens correspond un kanji pouvant être employé pour écrire ce mot :

  • Façon : 方. Ce caractère a les sens de « manière », « orientation », « direction ». Il peut aussi signifier « personne » en style soutenu (kata est plus poli que hito)
  • Forme : 形 étymologiquement « tracer avec le pinceau une ressemblance exacte »
  • Moule : 型 étymologiquement « forme originale faite en terre ». Cet idéogramme a également le sens de trace laissée, forme idéale, loi, habitude.

Forme technique ancestrale : ici une technique de déviation dans le « aka du point » en bando

Dans ses deux dernières graphies, le mot kata évoque donc à la fois l’image d’une forme idéale à reproduire ainsi que la fixation et la transmission de connaissances ayant pour base une gestuelle codifiée.

Remarque : il existe aussi deux autres caractères dont la prononciation japonaise est kata. Mais ceux-ci n’ont pas directement rapport avec les sinogrammes cités plus haut. Il s’agit de 肩 (« épaule ») et 潟 (« lagune, bras de mer »).

Source Wikipedia


Présentation du Karaté

Le karaté (空手道, karate-dō) est un art martial dit japonais. Cependant, l’origine est okinawaïenne (l’île principale de l’archipel des Ryūkyū), qui a longtemps constitué un royaume indépendant du Japon, au sud de l’île de Kyūshū. En japonais, le kanji « kara » signifie le vide, et plus précisément la vacuité au sens bouddhique du terme, « te » est la technique et, par extension, la main avec laquelle on la réalise. On traduit donc souvent karaté littéralement par « la main vide ». Mais c’est une erreur dûe à une mauvaise interprétation. « Dô » signifiant « voie », « karate-dô » signifie « la voie de la main ET du vide ». La main étant utilisée plutôt qu’une arme pour des raisons historiques liées à la naissance de cet art, et le vide étant représentatif de l’angle sous lequel doit être abordée cette voie du combat. Cependant, à l’origine, karaté était écrit avec les kanjis 唐手, qui signifient « boxe chinoise » (« Tō-De », « la main de Chine »).

En 1935, à cause de la montée du nationalisme japonais, et aussi surtout à cause de l’antagonisme sino-japonais, et pour faciliter la reconnaissance et la diffusion du karaté, Gichin Funakoshi (voir ci-dessous) a remplacé ces kanjis par l’orthographe actuelle, pour « gommer » l’origine chinoise, sacrifiant ainsi à l’usage japonais du moment.

Le karaté est basé sur des techniques de percussion utilisant les différentes parties du corps comme des armes naturelles (doigts, mains ouvertes et fermées, avants-bras, pieds, tibias, coudes, genoux, tête, épaules, etc.) en vue de bloquer les attaques adverses et/ou d’attaquer.

Les techniques regroupent des parades, des esquives, des balayages, des projections et des clés. Des nuances de contenus techniques sont relativement marquées en fonction du style (shōrin-ryū, shōtōkan, wadō-ryū, shitō-ryū, gojū-ryū…).

Pour acquérir la maîtrise de ces techniques en combat, l’enseignement comporte trois domaines d’étude complémentaires : le kihon (基本), les kata (型 ou 形) et le kumite (組手).

  • Le kihon (qui signifie « technique de base ») consiste à répéter individuellement et la plupart du temps en groupe des techniques, positions et déplacements. Pratiqué avec un partenaire de façon codifiée, on parle alors de kihon-kumite.
  • Le kata (qui signifie « forme ») est un enchaînement codifié et structuré de techniques, représentant un combat réel contre plusieurs assaillants virtuels quasi simultanés, ayant pour but la formation du corps, l’acquisition d’automatismes ainsi que la transmission de techniques secrètes. Le kata dépasse l’aspect purement technique en permettant au pratiquant, par de très nombreuses répétitions, de tendre vers la perfection du geste et surtout de faire l’expérience de l’esprit.
  • Le dernier domaine est le kumite ou combat (en fait, le but réel du karaté). Littéralement cela signifie « grouper les mains », c’est-à-dire travailler en groupe et non plus tout seul. Cette notion de kumite peut prendre de multiples formes en karaté. De la plus codifiée à la forme la plus libre. Le combat peut être pré-défini (kihon-kumite), fixé à un nombre d’attaque précis (ippon kumite pour une attaque, sanbon kumite pour trois attaques…), dit souple (jū kumite), sans contact (kunde kumite) ou libre (jiyū kumite).

Source Wikipedia


Karate Club Shotokan Monaco – The 13th Funakoshi Gichin Cup 2014 (TOKYO)


Le Karaté Club Shotokan de Monaco en route pour le Japon